Lubumbashi : 8, 21 ou 50 morts, explications sur la tuerie des jeunes de l’UNAFEC

0 0
Read Time:2 Minute, 21 Second

Par Kiki Kienge

C’était le 19 mars dernier au quartier Mavindu dans la commune Annexe, des jeunes non armés ni menaçants de l’UNAFEC parti fondé par le feu Baba Kyungu Wakumwanza se sont réuni pour échanger sur l’actualité de leur parti et du pays. Souvent comme désormais dans leurs coutumes politiques du parti, quelques fois ses rencontres finissent par une cérémonie d’initiation, appelé « BIZABA ».

Le Bizaba est une cérémonie spirituelle d’invocation des esprits des ancêtres préside par un maître spirituel, dédié à l’initiation (baptême) des nouveaux adhérents ou pour un forcement spirituel des partisans de l’UNAFEC en échange d’un sacrifice selon la volonté des ancêtres a travers la voix du maître.

C’est seulement après cette cérémonie qu’une personne pourra faire partie du groupe des jeunes combattants du parti (branche de défense et radicale de l’UNAFEC).

Mais voilà cette fois-ci, ce 19 mars les choses se sont transformés en calvaire pour les jeunes, espionnaient par des militaires accompagnés d’un cadre de la justice, les soldats Congolais auraient débarqué, sans somation se sont mis à tirer sur les jeunes. La rue avance le chiffre de plus de 50 morts, le président de l’UNAFEC de plus de 21 morts et le gouvernorat de 8 morts :

« Nous avons connu dans cette ville de Lubumbashi une situation grave, un problème des personnes qui portaient les tenues militaires (…). Ce sont ces Messieurs (militaires) guidés par un civil, un défenseur judiciaire qui ont trouvé nos jeunes à l’endroit où ils font habituellement leurs réunions, et ils ont commencé à tirer. Certains jeunes ont reçu des balles et d’autres en fuyant, ils se sont noyés dans la rivière Naviondo et nous nous trouvons pour le moment avec 21 corps et des personnes qui ne sont pas encore retrouvés, des disparus. Il y a des parents qui cherchent encore leurs enfants, donc nous n’avons pas encore de chiffres exacts. » A déclaré Jean Umba Longange, président de l’UNAFEC.

Mais voilà dans l’annonce de presse du gouvernement du Haut Katanga, le ministre de la communication parle de 8 morts ;

« En rapport avec les événements du 23 mars 2023.Le Conseil provincial de sécurité a institué une commission ad hoc pour enquêter sur les incidents malheureux survenus au niveau du pont jeté sur la rivière Naviondo. La Commission après avoir enquêté, a déploré 8 morts, parmi lesquels un blessé par balle perdue, 7 par noyade, ainsi qu’un blessé en soins intensifs et pris en charge par le gouvernement provincial. Les enquêtes judiciaires sont menées pour déterminer les responsabilités des uns et des autres, les présumés auteurs font déjà l’objet de poursuites judiciaires (…). Par rapport à l’intox qui circule sur les réseaux sociaux pour des raisons Inavouées de positionnements, de récupérations politiciennes, le Conseil Provincial de Sécurité met en garde tout détracteur et se réserve le droit de poursuite… »

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verified by MonsterInsights